samedi 19 décembre 2015

Nous les Menteurs, Emily LOCKHART




Quatrième de couverture :

Une famille belle et distinguée.
L’été. Une île privée.
Le grand amour. Une ado brisée.
Quatre adolescents à l’amitié indéfectible, les Menteurs.
Un accident. Un secret. La vérité.

288 pages, Éditions Gallimard Jeunesse, mai 2015



Ce que j’ai pensé de cette lecture : 

Les Sinclair sont une riche et puissante famille. Ils sont beaux, intelligents, et dans cette famille, il n’y a pas de ratés et personne n’a tort. Harris Sinclair, le grand-père, est le propriétaire d’une île privée sur laquelle il a fait construire une demeure pour lui même, mais aussi une pour chacune de ses filles. Tous les étés, trois générations se retrouvent à Beechwood pour partager des vacances inoubliables. Cadence, l’aînée des petits enfants Sinclair, forme le groupe des Menteurs avec Mirren, Johnny et Gat. Mais l’été de ses quinze ans, elle a un grave accident qui lui laisse des séquelles importantes : des migraines extrêmement violentes ainsi que de sérieux problèmes d’amnésie. À dix-sept ans, toujours convalescente, elle retourne sur l’île en compagnie se sa mère, qui se fait beaucoup de souci pour sa santé. Cadence parviendra-t-elle à savoir ce qui lui est arrivé ? Et pourquoi tout le monde s’est-il donné le mot pour ne rien lui révéler à ce sujet ?

Le récit nous est relaté du point de vue de Cadence. Après nous avoir présenté cette famille idéale (du moins en apparences), à l’abri du besoin et dans laquelle les liens semblent très forts, nous faire plus ample connaissance avec les Menteurs. Mirren (sa cousine) est plutôt sagesse et prudence, Johnny (son cousin) plus intrépide et casse-cou, et Gat, le cousin par alliance de Johnny… Gat est celui qui fait battre la chamade au cœur de notre narratrice. Elle en est clairement amoureuse, et elle ne comprend pas les raisons son silence depuis son accident. D’ailleurs, elle ignore pourquoi aucun des Menteurs n’a répondu à ses emails ou textos. Ces quatre compères ont un petit côté Trois Mousquetaires et leur complicité est belle à voir. 

Le lecteur est comme Cadence et découvre des indices ici et là qui pourraient laisser présager du drame qui s’est joué sur cette île deux ans plus tôt. Les éléments nous sont dévoilés au compte-gouttes, ce qui ne fait qu’attiser notre curiosité et nous permet d’échafauder mille et une hypothèses. Mais croyez-moi, rares seront ceux qui auront deviné le fin mot de l’histoire avant que tout ne soit clairement explicité. Et pour ma part, j’ai été totalement bluffé ! Emily Lockhart nous offre ici un excellent livre, au style très rythmé, notamment grâce aux courts chapitres.

Outre les raisons qui expliquent l’accident et la perte de mémoire de Cadence, Nous les Menteurs soulèvent des questionnements intéressants : la famille parfaite existe-t-elle ? Le fait de pouvoir tout avoir et d’être à l’abri du besoin est-il nécessairement une bonne chose ? Est-il préférable de cacher certains éléments à une personne en souffrance, ou au contraire vaut-il mieux tout lui dire, quitte à la blesser davantage ?



10 commentaires:

  1. Et hop, réservé à la médiathèque ;-).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il te plaira ! J'ai hâte de lire ton avis.

      Supprimer
  2. Il est dans ma PAL, j'ai très envie de l'en sortir, c'est une question très pertinente !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais guetter ton avis. Je pense qu'il va te plaire, il est super !

      Supprimer
  3. Ce livre est dans ma PAL, tu me donnes envie de l'en sortir

    RépondreSupprimer
  4. J'aime bien lire de temps à autre ces histoires de familles qui sortent de l'ordinaire.

    RépondreSupprimer
  5. Je ne connaissais pas du tout. Merci pour la découverte il me tente bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est super ! Lis-le si tu en as l'occasion :)

      Supprimer

Merci pour votre commentaire :-)