jeudi 12 mai 2016

Chiens de sang, Karine GIEBEL



Quatrième de couverture :

Ils sont là. Ils approchent.
Aboiements. Tonnerre de sabots au galop...
La forêt est si profonde... Rien ne sert de crier.
C'est le plus dangereux des jeux. Le dernier tabou. Le gibier interdit...
Le hasard les a désignés. Diane aurait dû rester à l'hôtel, ce jour-là. Au mauvais endroit, au mauvais moment... Quant à Rémy le SDF, s'il a perdu tout espoir depuis longtemps, c'est la peur au ventre qu'il tente d'échapper à la traque.
Ils sont impitoyables, le sang les grise.

256 pages, Éditions Pocket, septembre 2010



Ce que j'ai pensé de cette lecture :

D’un côté, il y a Rémy, trente-six, ans, sans domicile fixe. Il avait tout pour être heureux : marié, une fille, une belle maison, une situation professionnelle plus que confortable. Mais il a fait l’erreur de sa vie en ayant une relation sexuelle avec la femme de son patron. Du coup, il s’est fait licencier, et son épouse, qui a découvert le pot aux roses, l’a mis dehors. Depuis, il est un clochard sans histoire, jusqu’au jour où il vient en aide à un parfait inconnu en empêchant deux malfrats de lui voler sa voiture. Pour le remercier, il lui offre un emploi de jardinier et lui propose de le suivre dans son château. Rémy est alors loin de s’imaginer qu’il va être la proie d’une chasse à l’homme. De l’autre, il y a Diane, une journaliste qui s’est fait plaquer il y a peu par celui qu’elle considérait comme l’amour de sa vie. Lorsqu’on lui attribue un reportage, elle accepte sa mission et part pour la campagne. Malheureusement, elle va se trouver au mauvais endroit au mauvais moment, voir et entendre des choses qui auraient dû rester secrètes, et un groupe d’homme va la prendre en chasse dans le but de la tuer pour qu’elle ne puisse pas divulguer ce dont elle a été témoin. De Rémy et de Diane, qui parviendra à sauver sa peau ?

Et là, c’est parti pour un thriller haletant ! Dès les premières pages, l’attention du lecteur est captée. Nous rencontrons deux personnages diamétralement différents, qui voient leur vie ne tenir qu’à un fil. D’un côté, on veut éliminer un témoin gênant, et l’on va la suivre dans sa tentative d’évasion. Mais en parallèle, nous connaîtrons aussi le point de vue de ces êtres humains qui souhaitent attenter aux jours de la journaliste trentenaire, livrant ainsi leurs pensées et leurs secrets les plus horribles. Mais plus effroyable encore, il y a cette chasse à l’homme organisé par le châtelain dans les bois bordant sa propriété, en compagnie de personnes riches qui ont payé des sommes considérables pour participer à ce divertissement. Rémy, mais également des clandestins, vont être lâches dans la nature, et on leur annoncera clairement la couleur : ils sont le gibier, les proies, le but sera de les tuer ! Choisiront-ils de s’allier ou de pratiquer le chacun pour soi ? 

Nous suivons ces deux histoires en parallèle, en alternant les récits plusieurs fois au cours d’un même chapitre. Cela offre beaucoup de dynamisme à Chiens de sang, et Karine Giebel sait parfaitement entraîner son lecteur où elle le souhaite, pour ensuite le tenir en haleine. Ainsi, il dévore ce livre, voulant toujours en connaître plus, cherchant le petit détail qui le mettra sur la piste du fin mot de ce thriller… en vain ! Car l’auteur parvient à retourner totalement les situations, sans jamais que son récit manque de crédibilité. De plus, elle distille des informations sur le passé de ses personnages par petites doses, au fur et à mesure, attisant ainsi notre curiosité. Cependant, j’ai été quelque peu déçue par le fait que nos deux principaux protagonistes ne se croisent jamais dans ce roman. J’ai espéré que tout cela soit lié au long de ma lecture, et ai donc tourné la dernière page avec une pointe de déception, car de ce point de vue, j’ai eu l’impression de lire un thriller regroupant deux histoires différentes, bien que semblables par le thème abordé.

En conclusion, Rémy ou Diane ? Pour ma part, j’ai une petite préférence pour l’intrigue mettant en scène Rémy, car cette histoire de chasse à l’homme est absolument affreuse, mais incroyablement addictive pour le lecteur ! Ces hommes qui sont pris pour des animaux sont finalement bien plus humains que ceux qui tiennent les fusils et se pensent supérieurs... 

Chiens de sang fut une lecture commune avec Céline, et je vous invite à aller découvrir son avis


12 commentaires:

  1. J'avais beaucoup aimé Les morsures de l'ombre de cette auteure :)

    RépondreSupprimer
  2. J'aime beaucoup les romans de Giebel :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est mon deuxième et je compte bien poursuivre la découverte !

      Supprimer
  3. Voilà j'ai mis un lien directement vers ton article sur le mien. C'était vraiment à chouette, on reconnencera bientôt ;)

    RépondreSupprimer
  4. Je m'étais juré de lire l'oeuvre de cette auteure, mais je n'en suis qu'aux balbutiements...
    Bon vendredi.

    RépondreSupprimer
  5. J'ai toujours "juste une ombre" qui m'attend dans ma PAL mais la plume de Giebel a tout pour plaire. C'est vif, toujours en mouvement. Elle impose un bon rythme, j'aime beaucoup !
    Pour ce thriller-ci, l'histoire ne me botte pas tellement. Cette histoire de chasse à l'homme, pas pour moi ^^. Cependant nombres de ses autres ouvrages sont tentants :)
    Bises Anne-Sophie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je lirai "Juste une ombre" un de ces jours !!

      Supprimer
  6. Bon, je ne découvrirai pas cette auteure par celui-ci alors ;).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, il n'est pas mauvais, mais ce n'est pas son chef d'oeuvre à mon avis !

      Supprimer

Merci pour votre commentaire :-)